Marielle

Marielle de Sarnez à La Rochelle en 2015 (photo: YJT)

Il y a de l’épopée dans la construction des mouvements politiques et des figures marquantes qui les incarnent, les font vivre et sans qui les idées politiques resteraient lettres mortes.
Marielle de Sarnez, première vice-présidente du Mouvement démocrate, était de celles-là.
Esprit libre, elle faisait une différence dans le monde politique.
Nous avons eu la chance qu’elle nous fasse l’amitié de venir nous épauler à plusieurs reprise en Charente-Maritime surtout lorsque le bateau tanguait.
Ce qui nous frappait le plus c’était la force de sa volonté alors même que tout en elle inclinait à l’empathie et à la proximité du cœur. Elle donnait tout et exigeait le meilleur de chacun. Le prix en était souvent difficile. Il fallait être en capacité de suivre. Hors cadre, elle-même, elle nous sortait vivement de notre zone de confort.
Sa vision exigeante d’une Europe combattante s’accompagnait d’un combat à l’international visant l’universel, pour un monde fraternel. En lien avec les ONG, elle portait attention à toutes les formes de partenariats des collectivités et des associations locales engagées dans des projets de développement. Elle s’est ainsi intéressée lors de sa dernière venue à nos initiatives à Madagascar notamment en agriculture pour l’alimentation et la nutrition des populations.
Nous avons encore gravés en mémoire sa silhouette élégante, aérienne, épurée, presque dépouillée, comme si seul l’esprit et la relation avaient du sens, et son sourire éblouissant qui était aussi une de ses plus belles signatures.
Sa convictions, sa modernité sont pour nous une source d’inspiration.

Michel Amblard et Elisabeth Delorme
Anciens correspondants territoriaux des députés européens du Grand Ouest.

Vous aimerez aussi...